The Shape of Things to Come

Hernan Zambrano et Diego Ortiz, création en cours.

Installation interactive, composée d’une sculpture en plastique recyclé, des données de qualité de l’air et d'une animation lumineuse sur des rubans led adressables.

Selon les principes du biomimétisme, sa forme et sa conception s’inspirent de l’architecture des nids d’oiseaux jardiniers. De la même manière que ces oiseaux récoltent ce qu’ils trouvent dans la nature pour fabriquer leur habitat, elle est réalisée en plastique recyclé, dans une démarche de transformation de déchets en matériau artistique.
Son dispositif interactif inspiré de l’art cinétique vient révéler les traces laissées par une partie de notre activité polluante sur la planète. A l’encontre des discours collapsologistes, elle propose une perspective « réparatrice », matérialisée par un nid potentiel et par la promesse d’un usage éco- responsable des ressources de notre planète.
Dans la lignée de ce que Paul Ardenne qualifie d’art de l’Anthropocène, The Shape of Things to Come s’inscrit dans une démarche artistique à la fois écologique et éthique. A travers une expérience esthétique et sensible, il s’agit de donner à voir et à concevoir le problème de la pollution atmosphérique sous un angle nouveau.
Ainsi l’installation imaginée par Diego Ortiz et Hernan Zambrano agit tantôt comme révélatrice et informatrice, tantôt comme sentinelle et refuge :
tout en alertant sur notre rôle dans la pollution atmosphérique, elle nous offre la perspective d’alternatives concrètes pour nos modes de vie, telles que la frugalité, le réemploi, l’observation du vivant.
Cette pièce conçue pour l’espace public constitue un jalon important vers la désacralisation de l’œuvre d’art. Dans la lignée de l’art conceptuel ou du land-art, elle intègre un principe de modularité qui privilégie autant son caractère d’œuvre, pendant le temps suspendu de l’exposition, que sa transformation éventuelle, après recyclage, en objet pour un usage fonctionnel.
À la fois expérience esthétique à part entière, et dispositif au sein duquel savoir-faire, savoirs et savoir-être se conjuguent, The Shape of Things to Come porte en filigrane une dimension politique, ouvrant le champ de la production des œuvres d’art à des problématiques environnementales. Une façon d’imaginer, de donner à voir, la forme des choses à venir.

Présentation d'un prototype au festival des Arts Ephémères, Marseille

Premiers tests leds et mappings de qualité de l'air